Demain, le documentaire écolo de Mélanie Laurent
Mars Films

"Après tant de documentaires culpabilisants sur l’urgence de sauver notre planète, voici enfin un projet à la facture agréablement cinématographique..."

En 2015, après Les Adoptés et Respire, Mélanie Laurent passait à nouveau de l’autre côté de la caméra, cette fois-ci dans un tout autre registre puisqu'elle cosignait un documentaire, Demain, lequel entend dénoncer la situation environnementale de la planète. Avant de le (re)voir ce soir sur TMC (suivi d'un autre docu, Home), voici quelques détails sur sa création, ainsi que la critique de Première.

Teaser d’Oxygène : Mélanie Laurent étouffe dans le thriller d’Alexandre Aja

Avec l'aide de Cyril Dion, cofondateur de l’ONG Colibris, l’actrice engagée dans la cause écologique se met ici en scène dans le long métrage. La récente naissance de son fils est d’ailleurs l’argument du trailer : "Léo est né il y a six mois, comme des centaines de milliers d’enfants dans le monde et jamais la situation écologique n’a été aussi grave. Alors qu’est-ce qu’on va leur dire à nos enfants ? Qu’il n’y a aucune solution ?", demande en voix-off Mélanie Laurent tandis que l’image alterne entre plans de paysages aériens empruntés à Yann-Arthus Bertrand et traversée de passage piéton façon "Abbey Road".  

Tout s'est enchaîné rapidement pour le binôme : après avoir rencontré la ministre de l’Écologie de l'époque, Ségolène Royal, et récolté des fonds en trois jours sur KisskissBankbank, Mélanie Laurent et Cyril Dion ont passé l'été dans dix pays du globe accompagnés d'une équipe de tournage réduite. Ils ont ainsi rencontré des personnages qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. Le documentaire souhaite montrer, comme son titre l’indique, ce que pourrait être le monde de demain et comment éviter la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici l’an 2100.

Voici la critique de Première : Après tant de documentaires culpabilisants sur l’urgence de sauver notre planète, voici enfin un projet à la facture agréablement cinématographique, qui entend proposer des solutions constructives. C’est donc aux quatre coins du monde que Mélanie Laurent et son équipe sont allés chercher des raisons d’espérer dans quelques domaines clés. Si certaines pistes montrent leurs limites (brouter de la verdure bio ad vitam æternam, vraiment ?), tandis que d’autres s’égarent dans des considérations déplacées et insistantes (sur l’éducation et la démocratie participative), le passionnant volet sur les énergies renouvelables administre aux spectateurs un shoot d’optimisme sainement mobilisateur. 

Bande-annonce :

Le Bal des folles de Mélanie Laurent sera le premier film Amazon Original français

A lire aussi sur Première