Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ghibli
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)
Ponyo sur la falaise (2008)

Surtout son incroyable scène de tempête, mais pas seulement...

Ca y est, tous les films d'animation du studio Ghibli sont sur Netflix. Parmi eux, il y a notamment les oeuvres complètes de Hayao Miyazaki. Aujourd'hui, plongeons-nous dans l'univers de Ponyo.

En 2009, après trois films marqués par une inspiration de plus en plus sombre et pessimiste (Mononoke, Chihiro et Le Château ambulant), le nouveau projet du génie Hayao Miyazaki, Ponyo sur la falaise, se présentait comme un petit film prodigieux renouant avec la veine lumineuse et enfantine de Mon Voisin Totoro. Ponyo est en effet un conte pastel sur un poisson rouge à visage humain qui se transforme en fillette de 5 ans pour rejoindre un petit garçon, pendant que son père sorcier cherche à restaurer le règne des Océans sur le monde. Un petit bijou qui est, surtout, pour le maître du dessin animé, un retour au crayon et à la 2D la plus douce et la plus belle. A vous de juger avec cette sublime bande-annonce :

Arrietty : un film d'animation plus engagé qu'il n'y paraît [critique]

Ne vous laissez pas tromper par cet aspect enfantin, cependant, car Ponyo impressionnera aussi les plus grands, comme l'écrivait Gérard Delorme dans sa critique pour Première, à sa sortie : "Variation sur le thème de La Petite Sirène, Ponyo sur la falaise marque le retour de Miyazaki à un registre qui rappelle Mon Voisin Totoro avec son graphisme simple et dépourvu d’images de synthèse. Après nous avoir transportés dans les airs, le maître explore aujourd’hui l’élément marin avec une égale capacité d’émerveillement. Bien que le film s’adresse en priorité aux enfants, les adultes pourront y trouver de quoi discuter longuement sur le sens de certaines séquences qui traitent de la famille, de l’écologie, mais aussi de la mort. Comme d’habitude, la simplicité apparente cache une grande ambivalence, magistralement illustrée dans une scène majeure, celle d’une tempête qui se déchaîne sur la côte où habitent le héros et sa mère. Ses possibles conséquences terrifient, mais le spectacle qu’elle offre est absolument fascinant."

Mon Voisin Totoro : "C’est un film simplement beau" [critique]