Robert De Niro sur le tournage de The Irishman
Netflix

Le film de gangsters de Martin Scorsese est attendu sur Netflix cet automne.

The Irishman, réalisé par Martin Scorsese et porté par Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci et Harvey Keitel, est attendu de pied ferme par les fans du cinéaste. C’est l’un des projets les plus ambitieux de Netflix, qui a déboursé plus de 100 millions de dollars pour que le réalisateur de Casino puisse raconter la vie du mafieux Frank Sheeran, en rajeunissant numériquement ses comédiens le temps de longs flashbacks. La plateforme devrait aussi le programmer au cinéma un peu avant sa diffusion en streaming, au moins aux Etats-Unis. On ne sait pas encore si ce même type de diffusion sera proposé en France où les règles sont plus strictes concernant la chronologie des médias.

Robert De Niro impressionné par la technologie utilisée dans The Irishman

En parlant avec Variety des différences entre ces types de visionnages, sur grand ou petit écran (question qui fait plus que jamais débat depuis le carton de Netflix), la productrice Jane Rosenthal a révélé que si The Irishman avait toutes les caractéristiques d’un film de gangsters, il devrait aussi comprendre des scènes humoristiques : "Il y aura un plus à le découvrir sur grand écran. C’est important, car il faut que l’expérience soit différente entre le cinéma et la maison. Par exemple, au cinéma, vous pouvez vous mettre à rire parce que votre voisin rigole. D’ailleurs, The Irishman est marrant. Marrant comme Les Affranchis. Marty est un génie de la mise en scène, et on s’en aperçoit autrement quand on découvre ses films en salles. J’ai vu Roma au cinéma, la beauté de ce noir et blanc sur grand écran était frappante. On rate ça quand on le découvre chez soi, sur son ordinateur. Mais d’un autre côté, les spectateurs ont plus de pouvoir que jamais concernant la manière dont ils veulent voir les films."

Paul Sorvino révèle 5 choses que vous ne saviez pas sur Les Affranchis

Pourtant, en préparant The Irishman, Martin Scorsese promettait qu'il serait différent de son film culte sorti en 1990 : "Je sais qu’il y a des points communs thématiques, et je reconnais que Les Affranchis et Casino partagent également un style, mais tout cela était déjà dans le scénario. En préparant les Affranchis, je pouvais aller vite, car tout était déjà prévu : les plans de caméra, le montage… Avant de commencer, je connaissais déjà le style du film, j’avais une idée précise dans images et du déroulement de l’intrigue, mais là, c’est un peu différent. Et puis, les personnages de The Irishman sont plus vieux, aussi. Le film parlera davantage de la nostalgie, du fait de faire le bilan de sa vie, de remettre en question tous les choix qu’il a dû faire par le passé."

Cannes 2019 : aucun film Netflix n’ira au Festival cette année