Titre original Magical Girl
Date de sortie 12 août 2015
Durée 127 mn
Réalisé par Carlos Vermut
Avec Bárbara Lennie , José Sacristán , Luis Bermejo
Scénariste(s) Carlos Vermut
Distributeur Version Originale / Condor
Année de production 2014
Pays de production Espagne
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Bárbara est une belle femme vénéneuse et psychologiquement instable, que son mari tente de contenir. Damiàn n’ose pas sortir de prison de peur de la revoir. Luis veut la faire chanter mais ne réalise pas encore qu’il joue avec le feu. Le trio se retrouve plongé dans un tourbillon de tromperies où la lutte entre la raison et la passion tourne à la guerre des nerfs...

Offres VOD de La niña de fuego

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
PREMIEREMAX HD PREMIEREMAX 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 8.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de La niña de fuego

Critiques de La niña de fuego

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Un prof au chômage, un ancien taulard, une femme perverse et manipulatrice. Mélangez, secouez, et devinez qui survivra à l’explosion... À un moment pas si anodin qu’il n’en a l’air, un personnage de "La Niña de Fuego" affirme que la corrida, activité typiquement espagnole, symbolise le combat de la raison contre l’instinct. Cette idée est à la base d’une intrigue qui ne démarre vraiment que lorsque l’instinct prend le pas sur la raison. Le déséquilibre qui en découle entraîne une série d’absurdités. Le chômeur, aveuglé par la nécessité (et considérablement aidé par le hasard), perd la tête et fait chanter une femme instable, qui elle-même se met en grand danger pour éviter que son mari n’apprenne ce qui n’était qu’une peccadille... Sidney Lumet disait du mélodrame qu’il consiste à "rendre vraisemblable l’invraisemblable". Il semble que ce soit le but poursuivi par Carlos Vermut avec ce deuxième long métrage ambitieux. Il le fait en essayant de concilier deux conceptions de la narration, l’une centrée sur les personnages, l’autre sur l’intrigue. Il faut lui concéder un certain degré de conviction, soutenu par un style affirmé et réfléchi, mais le spectateur doit aussi faire preuve de beaucoup d’indulgence. Parce qu’au bout du compte, on ne sait pas s’il faut louer ses efforts pour nous faire croire à une histoire qui ne tient pas debout ou s’il faut lui laisser le bénéfice du doute, en espérant que son prochain film soit vraiment convaincant.