Mrs America
Showtime

Une page méconnue et déroutante de l'Histoire américaine, sur les femmes des années 1970, divisées entre libération et conservatisme.

Des femmes au foyer qui se battent pour préserver leur statut d'épouses aimantes et entretenues, cela sonne particulièrement étrange, dans l'ère post-#MeToo actuelle. Et pourtant, au début des années 1970, en pleine révolution hippie, la libération sexuelle a donné lieu à un affrontement politique incroyable, entre celles militant pour faire passer un amendement inscrivant l'égalité Hommes/Femmes dans la constitution (l'Equal Rights Amendment) et celles luttant bec et ongle pour préserver une certaine image du foyer américain.

Avec à sa tête Phyllis Schlafly (magistralement incarnée par Cate Blanchett) sorte de Bree Van De Kamp de la Guerre Froide, chignon impeccable et collier de perles autour du cou, ce mouvement des conservatrices est raconté avec beaucoup d'intelligence par Dahvi Waller, une ancienne scénariste de... Desperate Housewives. Elle signe un récit politique et social passionnant, qui explore un chapitre méconnu de la lutte féministe, et aborde tous les points de vue avec une équité déroutante. Une joute idéologique entre la vision Républicaine et la vision progressiste de la place de la femme dans nos sociétés, menée par un casting phénoménal. Reste que, si Mrs. America développe un thème universel, elle inspecte d'abord et avant tout le système américain, notamment dans son fonctionnement politique, et cela risque de ne pas parler à tout le monde, de ce côté de l'Atlantique.

Mrs. America, mini-série en 9 épisodes, chaque lundi soir sur Canal +.

A lire aussi sur Première

Laëtitia ou comment réussir l'adaptation d'un fait divers sordide (critique)

L’oscarisé Jean-Xavier de Lestrade revient sur le meurtre de la jeune Laëtitia Perrais en 2011, près de Pornic. Un fait divers qui avait révélé d’intenses souffrances sociales...