The stand
cbs

Le maître de l'horreur n'a pas souvent été bien adapté à la télévision ou au cinéma. Mais cette mini-série parfaitement incarnée et très bien produite redonne une nouvelle vie au "Captain Trips"... surtout en pleine pandémie !

Avec une nouvelle fin écrite par Stephen King lui-même ! C'était l'argument massue de The Stand, à son lancement, sur la plateforme américaine CBS All-Access, il y a quelques semaines. Le "maître de l'horreur", parfois critiqué pour avoir quelques difficultés à boucler ses histoires, a accepté de signer un tout nouvel épilogue pour la mini-série événement, tirée de son roman culte. Et effectivement, l'épisode 9, "The Circle Closes", diffusé en fin de semaine dernière, a bien été écrit par King en personne. Le hic : c'est sans aucun doute le truc le moins réussi de The Stand ! Attention spoilers.


En effet, avant d'en arriver à cette péroraison poussive, la série événement avait su enthousiasmer et étonner, n'en déplaise aux premières reviews cinglantes de la presse US, qui ont flingué l'adaptation de manière péremptoire. Oui, cette version moderne du livre paru en 1978 (Le Fléau en Français) est une adaptation heureuse de Stephen King, et on ne peut pas toujours en dire autant avec les adaptations des oeuvres du King ! Une histoire biblique captivante, qui résonne de manière spectaculaire avec la situation du monde en 2021 : The Stand, c'est la propagation d'un virus mortel, une sorte de super-grippe appelée "Captain Trips", qui va se propager en quelques semaines à travers la planète. Les confinements n'y feront rien. 7,3 milliards d'humains vont mourir et seule une poignée de gens naturellement immunisés (les asymptomatiques a-t-on envie de dire) vont survivre et tenter de relancer une civilisation du côté de Boulder, dans le Colorado, guidés par une mystérieuse prophète... quand de l'autre côté des montagnes, à Las Vegas, l'Homme en Noir établit une colonie du vice et du mal, où il est ainsi vénéré comme le sauveur !

The Stand
CBS

Il va de soit que l'aspect "virus mortel", en ce début d'année, fait écho de manière terrible à notre situation réelle et glace le sang, façon miroir cauchemardesque. Comme une version apocalyptique de ce qui aurait pu / pourrait arriver. Une manière d'exorciser les craintes qu'on peut tous ressentir durant ce drame sanitaire qui nous touche tous de près ou de loin. Avec de gros moyens et un casting au diapason - de James Marsden à Whoopi Goldberg, en passant par Greg Kinnear, Heather Graham, Amber Heard et un Alexander Skarsgård qui prend un pied communicatif à jouer ce coquin de Randall Flagg - The Stand nous embarque dès son premier épisode cataclysmique. L'ambiance de fin du monde est admirablement retranscrite, à l'image de l'épisode où Larry fuit un New York abandonné, qui n'a pas grand chose à envier à celui de Je suis une Légende (2007), les personnages sont écrits avec soin et on s'attache lentement mais sûrement aux survivants, pris dans la guerre sainte, cette lutte mystique entre le bien et le mal, parfaitement assumée par King.

The Stand
cbs

Un peu plus longue que la première adaptation nommée aux Emmys en 1994 (avec Gary Sinise et Molly Ringwald), The Stand version 2021 tire parfois en longueur pour tenir 9 épisodes, mais l'intrigue contient suffisamment de rebondissements pour nous garder en alerte, jusqu'à L'Affrontement, le 8e chapitre, qui offre une conclusion spectaculaire à cette édifiante chronique de la fin du monde. Et on se dit alors que Josh Boone, réalisateur et co-créateur, aurait mieux fait de rajouter 10 minutes à cet épisode, plutôt que de confier l'épilogue à Stephen King, qui renvoie (évidemment) l'humanité dans son Maine natal, au terme d'un "trip" spiritualiste très premier degré, remodelant grossièrement la fin originale du roman. Inutile, mais pas de quoi gâcher le ressenti global. The Stand est une série bouclée d'une indéniable efficacité, qui ravira les amateurs d'Apocalypse.

The Stand est à voir en France sur StarzPlay et MyCanal.