Dispatches from Elsewhere
AMC

Le Jejune Institute ouvre ses portes sur Amazon dès demain. Attention, il va rapidement devenir votre nouvelle obsession...

Ça ne plaira pas à tout le monde, et soyons honnête, c'est un peu le but. Dispatches from Elsewhere, première création de Jason Segel - oui c'est bien Marshall de How I met your Mother - sort ce vendredi 24 juillet sur Amazon Prime Vidéo en France. Une bizarrerie assumée, un Ovni télévisuel qui a bien conscience de ce qu'il fait au spectateur, mais qui le fait avec une sincérité franchement réjouissante.

Jason Segel : "Je serais prêt à faire un revival de How I met, sans hésiter !"

L'histoire, assez délicate à retranscrire en quelques mots, nous emmène à Philadelphie. Peter, qui travaille dans l'informatique, s'ennuie terriblement dans son quotidien. Il traîne son mal-être de membre lambda d'un monde trop vaste pour lui, jusqu'au jour où il décide de répondre à une annonce. Il va alors se retrouver au coeur du Jejune Institute, une mystérieuse organisation, qui pourrait être maléfique... Peter va s'enfuir et retrouver d'autres personnes aussi perdues que lui, qui cherchent à donner un sens à leurs vies. Avec Simone, Fredwynn et Janice, il rejoint la "Elsewhere Society", qui a pour mission de retrouver Clara...


Ce conte moderne gentiment dérangé est tiré d'une histoire vraie. En 2008, l'artiste Jeff Hull a lancé à San Francisco une expérience, un jeu de piste rassemblant plusieurs milliers de personnes, durant lequel ils découvraient une fausse société secrète, le Jejune Institute. Le but : créer de l'espoir. Cette aventure de fous a duré presque 3 ans et a donné un documentaire, The Institute (sorti en 2013), qui a inspiré Jason Segel. Evidemment, la série va un peu plus loin et s'amuse à titiller les doutes des spectateurs : qu'y a-t-il de vrai dans tout ça ? Qu'est-ce qui n'est qu'un jeu ? Y a-t-il vraiment un Jejune Institute à combattre ?

Dispatches from Elsewhere débute lentement, sans rythme, sans phare pour nous guider et il faut s'accrocher pour rentrer dans l'univers torturé des personnages, des puzzles de la "Elsewhere Society" et les zones d'ombre sinueuses du Jejune Institute. La série ne fait pas dans le glamour et entraîne les curieux dans ce jeu de piste géant sans fil d'Ariane. De prime abord, on a le sentiment qu'elle aime surtout sa propre étrangeté et qu'elle se complet dans ses excentricités.

Dispatches from Elsewhere
amc

Mais le labyrinthe Dispatches from Elsewhere nous rattrape grâce à sa galerie de héros abîmés. Les quatre enquêteurs en mission sont fabuleusement attachants, que ce soit Sally Field en gentille mamie perdue, le rappeur André 3000 en génie milliardaire asocial, Jason Segel en loser déprimé et surtout Eve Lindley, actrice transgenre éblouissante, qui crève l'écran dans la peau de Simone. La révélation de la série, sans aucun doute.

Parce qu'on a envie de découvrir vers quoi foncent ces touchants paumés, on se lance avec eux sur les traces de Clara. Et c'est là que Dispatches from Elsewhere devient totalement addictif. Délicieusement tourmenté, craintivement optimiste. Face au parfait Richard E. Grant (Star Wars), visage impénétrable d'un obscur empire, la bande de la "Elsewhere Society" nous entraîne avec bonheur dans un dédale urbain plein de poésie, d'illusions et d'espérance.

Dispatches from Elsewhere - saison 1 en 10 épisodes - Diffusée en France sur Amazon Prime Vidéo (et sur AMC aux USA).