Bilan nominations César 2021
Pascal Chantier-Moby Dick Films/ Ad Vitam/ Jérôme Prébois – ADCB Films/ Bien ou Bien Productions

Analyse de la liste dévoilée ce matin en attendant le verdict lors de la cérémonie du 12 mars.

Emmanuel Mouret enfin couronné ?

"Emmanuel Mouret signe son plus beau film", écrivions- nous en septembre dernier. Couronné récemment du Prix Lumière du meilleur long métrage de l’année, Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait poursuit son parcours royal en s’imposant en tête des nominations des César 2021. Il aura donc 13 occasions de décrocher la fameuse statuette au cours de la soirée du 12 mars prochain. Et pour Emmanuel Mouret, nommé à titre personnel en meilleurs film, réalisateur et scénariste, toute victoire serait une grande première. Voire une revanche sur ce vote des professionnels qui l’ont longtemps boudé. Depuis le début de sa carrière, il n’a jusqu’ici été nommé qu’une fois… en meilleure adaptation en 2019 pour Mademoiselle de Jonquières où il avait dû s’incliner face aux Chatouilles d’Andrea Bescond et Eric Métayer. Mais attention, arriver en pole position des nommés ne signifie pas automatiquement faire un carton plein lors de la cérémonie. En 2019, Le Grand Bain n’était reparti qu’avec un César sur 10 nominations. Et en 2003, Huit femmes de François Ozon, nommé à douze reprises, était reparti les mains vides.

 

Adolescentes sur les traces de Microcosmos ?

Avec 6 nominations, Adolescentes se place dans le top 5 des films plébiscités par les votants des César : meilleurs film, réalisateur, documentaire, son, photo et montage. Une performance rarissime pour un documentaire. Avant Sébastien Lifshitz, un seul réalisateur de documentaire avait été nommé dans la catégorie meilleur réalisateur, toujours ultra- dominé par les metteurs en scène de fiction : Nicolas Philibert pour Être et avoir qui, en 2003, s’était incliné devant Roman Polanski pour Le Pianiste. Et en nombre global de nominations, seul un documentaire a fait mieux qu’Adolescentes : Microcosmos, le peuple de l’herbe de Claude Nuridsany et Marie Pérennou en 1997, avec 8 nominations qui s’étaient transformées en 5 César (musique, image, son, montage et producteur). Mais jamais jusque là, un documentaire ne s’est imposé en meilleurs film et réalisateur. Sébastien Lifshitz sera-t-il le premier ?

 

Albert Dupontel toujours aussi plébiscité

Albert Dupontel le crie haut et fort : il n’aime pas les César. Et le prouve pas des actes : en n’assistant pas aux cérémonies ou comme cette année en rechignant de donner un lien pour que son film soit visible par les votants. Mais les César aiment Dupontel ! Nommé 12 fois tous azimuts (premier film, acteur, second rôle, réalisateur, scénario, film) depuis ses débuts avec Bernie en 1997, il a déjà été couronné de 3 César pour le scénario de Neuf mois ferme, l’adaptation et la réalisation d’Au revoir là-haut. En 2021, son Adieu les cons - le plus gros succès de tous les films nommés en meilleur film juste derrière Antoinette dans les Cévennes malgré son peu de temps d’exploitation en salles – est nommé à douze reprises et lui- même trois fois (film, réalisation, acteur). L’occasion peut- être pour son interprète principale, Virginie Efira, de suivre les pas de Sandrine Kiberlain, sacrée meilleure actrice en 2014 pour Neuf mois ferme. Son duel incertain avec Laure Calamy (Antoinette dans les Cévennes) sera un des grands suspenses de la soirée.

 

Une révolution chez les révélations

Symbole de la nouvelle ère des César ? En tout cas les votants de l’édition 2021 ont signé une grande première dans la catégorie révélations. Depuis plusieurs années, une pré- liste d’une trentaine de noms, fruit du vote de professionnels de cinéma, est censée servir de guide aux votants. Cette liste n’est en rien excluante et les votants sont libres de choisir en dehors d’elle. Mais jamais jusque là cela ne s’était produit : l’oubli le plus marquant, l’absence de Doria Tillier dans la liste des pré- nominations pour Monsieur et Madame Adelman en 2018 avait été corrigé par une nomination en meilleure actrice. Mais en 2021, les votants ont joué les « frondeurs ». En meilleure révélation féminine, deux noms « oubliés » par le comité (de nouveau uniquement composé de directeurs de casting, alors qu’il avait été ouvert à d’autres professions avec la présence de Marion Cotillard et Cédric Klapisch les trois années précédentes) figurent dans la liste des nommées. Deux choix épatants : Fathia Youssouf pour Mignonnes (une absence dans la pré- liste qui s’explique par le parti- pris du comité de ne pas retenir les comédiennes et comédiens de moins de 18 ans) et Melissa Guers pour La Fille au bracelet (une absence qui, elle,… ne s’expliquait pas !).

LISTE DES NOMINATIONS AUX CESAR 2021

Des cinéastes femmes toujours aussi peu présentes

Les nouveaux patrons des César, Véronique Cayla et Eric Tolédano ont annoncé leur intention de donner un souffle nouveau à la liste des votants, dans le but d’obtenir des votes moins sclérosés. Mais on notera qu’en cette année 2021 si particulière, les cinéastes femmes sont toujours aussi peu plébiscitées. Une dans la catégorie meilleur film (Caroline Vignal pour Antoinette dans les Cévennes) et une en meilleure réalisatrice (Maiwenn pour ADN). Soit exactement le même score que lors de l’édition 2020 où seule Céline Sciamma était présente dans les deux catégories pour Portrait de la jeune fille en feu. Et là encore, comme l’an passé avec Papicha (qui avait valu le César à Mounia Meddour) et Atlantique de Mati Diop, elles sont un peu plus présentes dans la catégorie premier film grâce à Maïmouna Doucouré (Mignonnes) et Manele Labidi (Un divan à Tunis). Pour rappel, dans toute l’histoire des César, quatre femmes ont remporté le César du meilleur film:  Coline Serreau pour Trois hommes et un couffin en 86, Tonie Marshall pour Venus Beauté (Institut) en 2000, Agnès Jaoui pour Le Goût des autres en 2001 et Pascale Ferran pour Lady Chatterley en 2007. Mais une seule s’est imposée en meilleure réalisation : Tonie Marshall pour Vénus Beauté (Institut) voilà 21 ans !