Date de sortie 20 octobre 2021
Durée 106 mn
Réalisé par David Gordon Green
Avec Jamie Lee Curtis , Judy Greer , Andi Matichak
Scénariste(s) David Gordon Green, Danny McBride, Scott Teems
Distributeur Universal Pictures International France
Année de production 2021
Pays de production Etats-Unis, Grande-Bretagne
Genre Film d'épouvante
Couleur Couleur

Synopsis

Laurie Strode, sa fille Karen et sa petite fille Allyson viennent d’abandonner le monstre au célèbre masque, enfermé dans le sous-sol de la maison dévorée par les flammes. Grièvement blessée, Laurie est transportée en urgence à l’Hôpital, avec la certitude qu’elle vient enfin de se débarrasser de celui qui la harcèle depuis toujours. Mais Micheal Myers parvient à s’extirper du piège où Laurie l’avait enfermé et son bain de sang rituel recommence. Surmontant sa douleur pour se préparer à l’affronter encore une fois, elle va inspirer la ville entière qui décide de l’imiter et de se soulever pour exterminer ce fléau indestructible. Les trois générations de femmes vont s’associer à une poignée de survivants du premier massacre, et prennent les choses en main en formant une milice organisée autour de la chasse et la destruction du monstre une fois pour toutes. Le mal meurt cette nuit.

Offres VOD de Halloween Kills

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Halloween Kills

Critiques de Halloween Kills

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Le Halloween millésime 2018 était une superbe promesse. Relançant la franchise matricielle du slasher sous la houlette de Jason Blum et de Big John (Carpenter) en personne, David Gordon Green avait réussi à rendre à nouveau pertinentes les déambulations meurtrières de l’antique bogeyman Michael Myers, après 40 ans de sévices. Evitant tous les pièges de notre époque dopée aux revivals (la nostalgie, les clins d’œil, l’ironie méta), il frappait fort en revenant aux fondamentaux : simplicité, brutalité, Jamie Lee Curtis en majesté. La déception provoquée par ce Halloween Kills est donc à la hauteur de l’espoir suscité. Se détachant de la figure de la baby-sitter résiliente Laurie Strode (Curtis), ici réduite au rang de figurante de luxe, Gordon Green tente d’élargir le cadre extrêmement minimaliste de la saga et de tendre un miroir à l’Amérique post-Trump, en s’intéressant aux traumas des autres habitants d’Haddonfield – la fille et la petite-fille de Laurie, le shérif Hawkins, des survivants du film originel devenus grands (le petit Tommy, que Laurie gardait lors de la première « nuit des masques », interprété ici par Anthony Michael Hall), etc. Soit beaucoup (trop) de monde pour un film sans centre de gravité, ni véritables intentions, sinon celle, tellement voyante qu’elle en devient désagréable, de passer les plats en attendant le gros morceau, le clash ultime entre Laurie et Michael, qui sera au cœur du prochain opus annoncé pour 2022, Halloween Ends. La fin d’Halloween ? Des promesses, toujours des promesses…

Dernières News sur Halloween Kills

Venom 2 fait un Carnage pour son premier jour au box office français

Plus de 160 000 fans de Marvel et Tom Hardy se sont précipités pour aller voir le film sorti au cinéma ce mercredi.

"Halloween Kills, c’est Halloween 3. Mais aussi Halloween 12"

Rencontre express avec le réalisateur David Gordon Green, qui continue de marcher dans les pas de John Carpenter avec Halloween Kills.