Avec
Année de production 2020
Pays de production Corée du Sud
Genre Animation

Synopsis

Le chien est le meilleur ami de l'homme. Affectueux, fidèle… mais lorsqu'il vieillit ou se comporte mal, il est abandonné comme un mouchoir souillé. Et lorsqu'il se retrouve seul face à la nature, son instinct animal reprend le dessus. L'esprit de meute également. Solidaire, déterminée, notre petite bande de chiens errants va peu à peu réapprendre à se débrouiller seule. Et découvrir la liberté.

Offres VOD de Nous, les chiens

Pas d'offres actuellement.

Dernières News sur Nous, les chiens

Toutes les nouvelles bandes-annonces de la semaine

Minions 2 : Il était une fois Gru, Spiral : L'Héritage de Saw, Divorce Club…

Bande-annonce de Nous, les chiens : Un film contre l’abandon des animaux

Ce film d’animation sud-coréen a ému le public lors du dernier festival d’Annecy.

Photos de Nous, les chiens

Nous les chiens
The Jokers
Nous les chiens

Casting de Nous, les chiens

Critiques de Nous, les chiens

  1. Première
    par François Léger

    Moong-Chi est un chien heureux, habitué à vivre en maison en compagnie de son maître. Lorsque ce dernier l'abandonne subitement au milieu de la forêt, le toutou se retrouve obligé de vivre en meute avec d'autres laissés pour compte de son espèce. La meute découvre la liberté et cherche à échapper à la folie des hommes en se rendant sur des terres réputées désertiques... Sélectionné l'année dernière en compétition Contrechamp du festival d'animation d'Annecy, Nous, les chiens étonne par son manque total de prise de risque. Tout à fait consensuel, le film sud-coréen déroule un récit sans aspérité, à la morale convenue (« il faut faire confiance aux autres »). Son unique niveau de lecture et sa poésie gentillette le réservent de fait aux moins de dix ans.

    Même quand il traite de la mort en laissant un chiot orphelin après une collision violente dans une belle scène au découpage parfait, Nous, les chiens le fait avec une superficialité qui tue toute possibilité d'émotion chez le spectateur (le gros chagrin est dépassé en trois minutes). Un scénario plus solide aurait certainement fait honneur à son joli rendu 3D, quelque part entre un Disney vintage (les traits de certains chiens rappellent furieusement La Belle et le clochard) et le cel shading de A Scanner Darkly version lo-fi.