Date de sortie 5 juin 2013
Réalisé par Nouri Bouzid
Avec Lotfi Abdelli , Fathi Messelmani , Abdelaziz MEHERZI
Scénariste(s) Nouri Bouzid
Distributeur Paradis Films
Année de production 2013
Pays de production FR
Genre Comédie dramatique

Synopsis

C’est l’histoire de tout un pays que raconte Nouri  Bouzid au travers du destin de deux jeunes filles,  Zaineb et Aïcha, symboles de la Révolution et de  l’avenir de la Tunisie. Toutes deux se battent pour leur indépendance, pour gagner leur liberté. Toutes deux  luttent  contre les carcans religieux et culturels établis  par une société archaïque. Un société qui, alors que le pays est en émoi, hésite encore entre modernité et  traditionalisme. Zaineb et Aïcha se battent pour se reconstruire, et ce  en dépit des pressions sociales et masculines auxquelles elles doivent chaque jour faire face

Offres VOD de Millefeuille

UniversCiné HD SD UniversCiné 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Millefeuille

Photos de Millefeuille

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Affiche Française

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Millefeuille

Casting de Millefeuille

Abdelaziz MEHERZI
le grand-père d'Aïcha

Critiques de Millefeuille

  1. Première
    par Laura Meyer

    Le cinéma du « printemps arabe » tire plus vite que son ombre. Après l’Égyptien Yousry Nasrallah, sélectionné à Cannes dès 2012 avec Après la bataille, le Tunisien Nouri Bouzid prend sur le fait la révolution tunisienne, gardant la rue aux limites du hors-champ pour filmer la métamorphose sociale à hauteur de jeunes femmes. Sa double histoire de voile pourrait n’être qu’édifiante, et la mièvrerie de l’affiche laisse craindre le pire. Mais parler de sincérité pour définir ce film n’est pas un euphémisme poli tant il est traversé par une
    authentique vitalité et noirci par ses zones d’ombre. Il parvient en effet à saisir la complexité d’un réel en mouvement, celui d’un pays « millefeuille » où s’empilent traditionalisme et modernité et où se mélangent en une crème indigeste, réformisme politique et obscurantisme religieux. En quelques scènes fortes (notamment celle, oppressante, dans laquelle on force Zaineb à se voiler), on oublie certaines lourdeurs et maladresses.