Quentin Tarantino BAFTA
Abaca

Le réalisateur de 57 ans y décortique, entre autres, quelques classiques du kung-fu.

Quentin Tarantino n’est pas juste un réalisateur de génie. Le cinéaste de 57 ans excelle également dans l’art de l’écriture, et plus précisément dans la rédaction de critiques de films. Comme le rapportent des aficionados du papa de Pulp Fiction sur Reddit, le réalisateur aurait signé de sa main plusieurs longues critiques publiées sur le site officiel du New Beverley Cinema de Los Angeles, établissement détenu par le réalisateur (les critiques sont à retrouver ici). 

Des reviews détaillées, bourrées de références et qui racontent l’histoire derrière les films qui ont été tournés. On retrouve essentiellement des longs métrages vintage, parmi lesquels quelques incontournables sur le kung-fu, à l’image de Fatal Needles vs. Fatal Fists de Lee Tso Nam, Soul Brothers of Kung Fu de Hua Shan avec Bruce Li, mais aussi des drames comme l’adaptation de 1974 de Daisy Miller signée Peter Bogdanovich, ou encore The Lady in Red de Lewis Teague. Des films adorés par le réalisateur, mais pas programmés dans le cinéma en question.

Top 20 des meilleurs personnages de Quentin Tarantino

Une jolie surprise pour les fans du réalisateur, qui a par ailleurs déclaré qu’il allait essayer de se concentrer davantage sur l’écriture depuis la naissance de son fils (et premier enfant), le 22 février dernier. "J’ai le sentiment que c’est le moment de laisser la place au troisième acte de ma vie afin de me plonger un peu plus du côté littéraire, ce qui serait bien en tant que nouveau père de famille et nouveau mari.", a-t-il confié en janvier dernier dans une interview filmée pour le média Popcorn. Avant d’ajouter : "J’imagine que la réalisation est un jeu réservé aux jeunes hommes. Je sens que le cinéma est en train de changer, et je fais un petit peu parti de l’ancienne génération."

A lire aussi sur Première

Gods of Egypt : et si on réhabilitait le film d’Alex Proyas ?

Gods of Egypt revient ce soir sur NRJ12 (à 21h05), une bonne occasion de réévaluer le délire de fantasy égyptienne du réalisateur de Dark City qui s’est fait étriller pour sa sortie salle.