DR

Le scénario de 007 Spectre est passé par de nombreuses mutations avant d'arriver au résultat final. Petit aperçu des versions auxquelles nous avons échappé.

Attention cet article contient des spoilers

La dernière mission de Bond. Une taupe est dans le MI6. Tanner se suicide. Blofeld est une femme. Charlotte King, l'équivalent féminin de Bond. Une poursuite en ski. Ce sont les éléments principaux de 007 Spectre tels que John Logan (le co-scénariste de Skyfall) et le réalisateur Sam Mendes l'avaient imaginé dans leur première version du scénario du film. Comment le script a été entièrement remanié, et comment en arrive t-on à 007 Spectre actuellement dans les salles ?

>>> Notre critique de 007 Spectre

Pour comprendre à quel point le scénario original de Logan pouvait se différencier de la version finale, il faut revenir à la sortie de Skyfall en 2012. Dans le sillage du succès du film, les producteurs de la série Barbara Broccoli et Michael G. Wilson rappellent Sam Mendes pour réaliser Bond 24 (qui va devenir 007 Spectre). Auréolé de la réception critique et publique quasi unanime du film, Mendes réussit à imposer le scénariste John Logan en remplacement pur et simple de Purvis et Wade, les deux « gardiens » des aventures de 007 au cinéma depuis 1999. Logan vend même à EON le concept d'un film en deux parties, dont il écrirait les deux scripts. Mendes et Logan rendent une première version du script du premier des deux films en octobre 2013. Celle-ci est tièdement accueillie par le studio, même si elle fourmille de bonnes idées. Alors que les notes du studio Sony sur le scénario pleuvent, de nouvelles versions sont rédigées mais ne semblent convaincre personne, du côté de Sony comme de chez EON. "Peut être qu'il y a trop de choses dans ce scénario" écrit Barbara Broccoli dans un email à Sony en mars 2014, "Tanner est un traitre, le Premier Ministre est blessé, Bond se retrouve en solo, Charlotte, sa partenaire, est un traitre. Il y a des scènes de meeting, des déchets nucléaires, Spectre, Blofeld qui fait du trafic d'armes en Afrique, des mines de diamants, du plutonium, une histoire d'amour, Mr. White, Felix Leiter... Il faut simplifier tout ça. C'est un sac de noeud et c'est pas terrible. Individuellement, les scènes sont parfois bien écrites, mais l'histoire ne tient pas debout et nous n'avons pas de troisième acte".

Malgré les efforts de Mendes et du scénariste pour corriger le script, dans le mois qui suit, la décision va être prise par EON de remercier John Logan. "Il était temps" écrit l'un des exécutifs de Sony dans un email. Pour sauver le film et le remettre sur les rails, le tournage devant commencer en fin d'année, les vieux routiers Purvis et Wade sont rappelés, officiellement pour réécrire des dialogues.

DR

>>> Rencontre avec Neal Purvis et Robert Wade

En juin 2014, les deux scénaristes sont annoncés dans la presse comme de retour aux commandes du scénario de Spectre, et pas juste pour peaufiner les dialogues. D'après plusieurs sources, Mendes a dû supplier les deux scénaristes de revenir alors qu’il était la principale cause de leur départ. Ces derniers avaient même annoncé l'année précédente qu'ils quittaient définitivement la série, une nouvelle abondamment relayée sur internet. Les trois hommes étant tous des professionnels, ils réussissent à se mettre d'accord autour d'une table, et reprennent le scénario de John Logan en le reconstruisant de fond en comble. Au mois d'octobre 2014 le shooting script, ressemblant à 80% au film final, est livré. Blofeld est à nouveau un homme, et les deux scénaristes sont parvenus, envers et contre tout, à construire une solide aventure de Bond à partir des éléments de bric et de brocs laissés par John Logan.

Seul problème, le troisième acte va être réécrit pour une raison : Sony souhaite réduire le budget estimé à 300 millions, qui doit être ramené a 245 millions. Ainsi, une importante scène de meeting en public doit être ramenée à un face à face plus intimiste entre M et C pour des raisons de coûts. Les deux scénaristes continuent à travailler, jusqu'au 1er décembre, quand ils rendent enfin leur version quasi finale. C'est à ce moment là que le hack de Sony est rendu public et que des critiques du scénario du mois d'octobre, ainsi que de toutes les notes envoyées par les exécutifs de Sony, commencent à fleurir sur le web. On pourrait penser que ce hack va avoir une incidence sur la production, mais en vérité, comme nous le confirment Barbara Broccoli, Michael G. Wilson et les scénaristes dans notre numéro spécial Bond actuellement en kiosques, ces fuites n'ont eu aucune incidence sur l'écriture du film. Le shooting script est alors a 99% équivalent au film final (en dehors de coupes de montage et d'amélioration de l'écriture de certaines scènes comme celle ou Madeline Swan visionne la vidéo de la mort de son père), et le film est déjà en tournage.

>>> Pourquoi 007 Spectre explose le box office français

Le piratage de Sony Pictures n'aura donc eu aucune conséquence dramatique sur la production, et absolument pas causé de modification de scènes clés en moins bien. Aucun changement majeur ne va être apporté au scénario pendant le tournage même, à une exception près : la scène de torture, reprise du roman James Bond de Kingsley Amis Colonel Sun, remplace deux autres versions de cette même scène que l'on pouvait lire dans les scénario d'octobre et décembre : dans le draft d'octobre, Bond était torturé par Orbehauser qui lui apprend, comme dans la version finale, sa véritable identité, dans un four solaire, et se tape un bronzage puissance 2 millions. Dans le draft de décembre, le jeu entre les deux est inversé, et c'est Bond qui nargue Orbehauser autour d'une table en jouant aux cartes, et lui apprend son identité (Orbehauser semblant avoir oublié qui il a été jadis), avant de jouer sa montre aux cartes, et que celle-ci lui explose à la figure.

Mais que reste-t-il, finalement, de l'idée de départ d'un film en deux parties ? Bond a-t-il subi un lavage de cerveau, le dernier tiers est-il un dérivé du final de Brazil, ou bien un tour de force virtuel ou de rêve façon Inception. Ou encore la fin de Dark Knight Rises ?

Il faudra sans doute attendre Bond 25 pour en avoir une idée plus claire.

David Fakrikian

>>> James Bond : tous les films classés du pire au meilleur

En attendant, 007 Spectre cartonne toujours en salles.

A lire aussi sur Première

Léa Seydoux : "Avec Bond, j'ai l'impression de rentrer dans la grande histoire du cinéma"

Oubliez les cheveux bleus, dans 007 Spectre, Léa Seydoux incarne une femme fatale en robe lamée, nouvel amour de l’agent double zéro sept, à l’agenda plus que trouble. On a eu la chance d'intercepter Léa pour lui parler de Craig, de Cruise et… de Bond.