Date de sortie 28 octobre 2020
Durée 90 mn
Réalisé par Claus Drexel
Avec Catherine Frot , Mahamadou Yaffa , Dominique Frot
Scénariste(s) Claus Drexel, Olivier Bruhnes
Année de production 2020
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Une femme oscille entre l’accès aux distributions alimentaires gratuites et l’errance dans les rues. Par une nuit d’hiver, elle découvre un jeune Erythréen de huit ans en train de sangloter devant son abri. Comprenant qu’il a été séparé de sa mère, elle décide de l’aider à la retrouver.

Offres VOD de Sous les étoiles de Paris

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Sous les étoiles de Paris

Dernières News sur Sous les étoiles de Paris

Découvrez toutes les nouvelles bandes-annonces de la semaine

Police, le remake de Candyman, Sous les étoiles de Paris... Découvrez toutes les nouvelles bandes-annonces qu'il ne fallait pas manquer.

Photos de Sous les étoiles de Paris

AFFICHE
Arches Films / Maneki Films
GALERIE
Carole Bethuel
GALERIE
Carole Bethuel
GALERIE
Carole Bethuel
GALERIE
Carole Bethuel
GALERIE
Arches Films / Maneki Films
GALERIE
Arches Films / Maneki Films
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Sous les étoiles de Paris, affiche

Sous les étoiles de Paris, affiche

Catherine Frot (Christine)

Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli)

Mahamadou Yaffa (Suli)

Catherine Frot (Christine), Mahamadou Yaffa (Suli)

Catherine Frot (Christine), Mahamadou Yaffa (Suli)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Mahamadou Yaffa (Suli), Catherine Frot (Christine)

Critiques de Sous les étoiles de Paris

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Six ans après avoir traité des sans-abri dans son documentaire Au bord du monde, Claus Drexel renoue avec le sujet en passant par le prisme toujours casse-gueule du conte, qui pousse souvent à charger un peu trop la barque. Comme c’est le cas ici avec la rencontre entre deux solitudes – une SDF qui vit depuis des années sous un pont parisien, et un migrant de 8 ans perdu et séparé de sa mère sur le point d’être expulsée. Les intentions sont nobles mais le contraste entre la rudesse de la situation et un ton faisant la part belle aux bons sentiments – sans pour autant verser dans le misérabilisme ni l’angélisme – n’est pas toujours des plus heureux. Le récent Fahim de Pierre-François Laval souffrait exactement des mêmes limites. L’exercice du conte social ne tolère pas l’à-peu-près.