Date de sortie 2 janvier 2013
Durée 93 mn
Réalisé par Franck Khalfoun
Avec Elijah Wood , Liane Balaban , America Olivo
Scénariste(s) Alexandre Aja, Grégory Levasseur
Distributeur Warner Bros
Année de production 2012
Pays de production Etats-Unis, France
Genre Film d'horreur
Couleur Couleur

Synopsis

Dans les rues qu’on croyait tranquilles, un tueur en série en quête de scalps se remet en chasse. Frank est le timide propriétaire d’une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l’aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée - celle qui le pousse à traquer pour tuer.

Offres VOD de Maniac

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Maniac

Photos de Maniac

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
LACEY TERRELL
LACEY TERRELL
LACEY TERRELL
LACEY TERRELL
LACEY TERRELL
LACEY TERRELL
DR
LACEY TERRELL
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Maniac

Maniac

Maniac

Elijah Wood trucide

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Affiche Us

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Maniac

Affiche Française

Maniac

Affiche Française

Critiques de Maniac

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Après le remake de La colline a des yeux (2006) et le Piranha revisité (2011), Alexandre Aja et Grégory Levasseur s’attaquent cette fois à la relecture de Maniac (William Lustig, 1980), où Elijah Wood joue le tueur en série – choix culotté – et où la mise en scène épouse son point de vue, selon le principe de la caméra subjective. Évidemment, cette nouvelle version n’échappe pas au jeu des comparaisons avec l’original, qui baignait dans un contexte new-yorkais vraiment glauque. En transposant l’action à Los Angeles, Khalfoun n’exploite pas toujours à fond le potentiel paranoïaque de la Cité des Anges. De même, le fluet Elijah Wood n’éclipse jamais le massif Joe Spinell qui réussissait à être humain et monstrueux à la fois. Mais si elle repose sur quelques ressorts éculés (le trauma oedipien du tueur), cette série B, transcendée par la BO hantée de Rob et qui s’ouvre sur une séquence gore sidérante, ne manque ni de style ni d’audace