Titre original Blackie et kanuto
Date de sortie 17 avril 2013
Réalisé par Francis Nielsen
Avec DACQUIN Franck , Nancy Philippot , Pablo Hertsens
Scénariste(s) Angel E Pariente
Année de production 2013
Pays de production BE,FR,IT,ES
Genre Film d'animation, Film d'animation

Synopsis

Une brebis noire, dénommée Blackie, est la terreur de la ferme. Elle n’a qu’une obsession : aller sur la lune. Kanuto, le chien de berger, se laisse entraîner dans ses plans, cherchant tant bien que mal à ne pas divulguer son amour pour elle. Ensemble, ils s’embarquent dans une folle aventure qui les amènera à rencontrer des vaches cantatrices, un loup dandy, des araignées couturières en situation illégale, d’étranges oiseaux exotiques, Pinky, une brebis de la taille de Godzilla, sans parler des « Pastrinos », un gang de chiens qui détiennent une fusée prête à décoller. Cette aventure, drôle mais néanmoins romantique, nous dévoilera un terrible secret, ardemment gardé pas la NASA, qui changera notre idée de la Lune pour toujours…A partir de 5 ans. Existe en version 3D.

Offres VOD de Blackie et Kanuto

Pas d'offres actuellement.

Photos de Blackie et Kanuto

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Blackie et Kanuto

Affiche Française

Casting de Blackie et Kanuto

Critiques de Blackie et Kanuto

  1. Première
    par Eric Vernay

    Après Le Chien, le Général et les Oiseaux, son premier long métrage, dans lequel les toutous demandaient la libération des volatiles, Francis Nielsen donne à nouveau la parole et le pouvoir aux animaux avec Blackie & Kanuto. Tandis que le film présente un bestiaire à mi-chemin entre La Ferme des animaux, d’Orwell, et Le Vilain Petit Canard, d’Andersen, on craint un sermon convenu sur la tolérance. Mais la fable bifurque rapidement vers des terres plus loufoques : le grand méchant loup a le look soigné de Karl Lagerfeld, et la
    brebis, que l’on pensait galeuse, se mue en femme fatale totalement imprévisible, sans plus de pitié pour son pauvre amoureux (systématiquement éconduit) que pour ses homologues de la ferme (catapultés d’une charrette vers la Lune). Malgré un écrin 3D ingrat, Nielsen parvient à imposer son humour cartoonesque et ses visions surréalistes.