Les Bronzés font du ski
Tamasa Distribution

Patrice Leconte évoque la scène de repas chez les paysans dans le film culte.

Patrice Leconte a détaillé dans Première la création de la fameuse scène du repas chez les paysans dans Les Bronzés font du ski, à base de fougne et de liqueur d’échalote. Le film culte est rediffusé ce soir sur TF1. 

Zéro improvisation
"Avec mes amis du Splendid, il n’y a jamais d’improvisation. Ca tient au fait qu’ils viennent du café-théâtre où ils maitrisaient leurs spectacles de A à Z. Les dialogues, le contexte et les intentions sont tous respectés mais le jeu même des acteurs est évidemment intuitif. Quand il est écrit « Gigi boit un coup et s’écroule », ça ne présage pas de la manière dont Marie-Anne Chazel va tomber. Peu de prises également : ils savent qu’ils peuvent tout donner immédiatement. Quand tu vois Jugnot s’étrangler avec la liqueur et devenir tout rouge, tu n’as pas le sadisme de lui demander de la refaire…"
 
Dans la bergerie
"On a un peu triché : on n’est pas dans un chalet de haute altitude mais dans une espèce de bergerie de village. On l’a choisie parce qu’elle était crade ! (rires) Ce genre de décor exigu oblige à cadrer un ou deux personnages à la fois, puis à passer à un autre. Il ne faut rien rater. Quand on est sur Blanc et Lhermitte, les autres jouent mezzo pour s’économiser et je sens bien sur l’instant qu’il faudra tout faire pour retrouver la dynamique de comédie insufflée par les premiers."
 
Lumière spartiate
"On a tourné la scène en une journée. Jean-François Robin faisait l’éclairage et le cadre. Il avait installé une lumière presque unique au-dessus de la table, ce qui permettait de tourner vite, un peu dans tous les axes -correspondant, grosso modo, aux quatre coins de la table. On ne filmait bien sûr qu’à une caméra, c’était très rare à l’époque de procéder autrement. De toute façon, c’est la meilleure méthode : quand on change d’axe, la lumière doit être modifiée également."
 
Qui sont les paysans ?
"Il n’était pas question pour moi de prendre des acteurs amateurs. Il y a toujours le risque d’être à côté de la plaque. Je voulais en revanche des comédiens qui aient un accent et qu’on ne connaisse pas. À l’arrivée, j’ai choisi deux Suisses : le barbu s’appelle Maurice Aufair et celui qui a un bonnet, Jean-Marc Henchoz. Ce dernier (décédé en 2011, ndlr) est ensuite devenu producteur. Quatre ans après, il montera notamment le dernier film de Robert Bresson, L’Argent. Amusant, non ?"
 
Recette de la fougne
"La fougne, c’était visuellement horrible mais, en vrai, très mangeable ! Il s’agissait de mélasse, faite à base de sucre roux mélangé à des petits bouts de biscotte pour lui donner son aspect grumeleux. Quant à la fameuse liqueur d’échalote, c’était de l’eau. On avait introduit un crapaud en plastique à l’intérieur de la bouteille en découpant proprement le cul qu’on avait ensuite recollé. Je ne me souviens plus si les acteurs ont vraiment bu ce contenu-là. Les plans de coupe incitent à penser que non…"
 
Des chiffres et des lettres
"La phrase, « il y avait Blumaise en huit lettres », que dit un des paysans en regardant Des Chiffres et des Lettres est le genre de blague que j’affectionne. On ne la remarque pas forcément à la première vision, elle vient un peu par en-dessous. En comédie, il ne faut pas tout mettre au premier plan, sinon on se heurte à une surabondance de biens."
 
Fous rires
"Les membres du Splendid sont très rieurs, tout comme moi. Avec la monteuse Noëlle Boisson, on gardait volontiers les amorces de rire en fin de prise qui établissaient une sorte de complicité avec le public. J’ai toujours trouvé ça très plaisant. On en voit quelques exemples fugitifs dans la scène, surtout avec Lhermitte et Clavier. Sur le plateau, on était tout le temps à deux doigts de l’explosion. Jean-François Robin, que j’observais du coin de l’œil, était au bord des larmes à chaque prise."

Les Bronzés font du ski : "Ce n’était pas un vrai crapaud, c’était même très buvable"

Bande-annonce des Bronzés font du ski, avec Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Marie-Anne Chazel et Michel Blanc :

Les 8 Salopards version Les Bronzés font du ski