Titre original The Sea of Trees
Date de sortie 27 avril 2016
Durée 110 mn
Réalisé par Gus Van Sant
Avec Matthew McConaughey , Ken Watanabe , Naomi Watts
Scénariste(s) Chris Sparling
Distributeur SND
Année de production 2015
Pays de production US
Producteurs Gil Netter Ken Kao Chris Sparling Kevin Halloran

Synopsis

Dans la forêt d’Aokigahara, au pied du Mont Fuji, Arthur Brennan est venu mettre fin à ses jours, comme beaucoup avant lui en ces lieux. Alors qu’il a trouvé l’endroit qui lui semble idéal, il aperçoit soudain un homme blessé et perdu. Assailli par un sentiment d’humanité irrépressible, Arthur se porte à son secours. Alors qu’il s’était décidé à mourir, il va devoir aider un homme à survivre.

Offres VOD de Nos Souvenirs

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Nos Souvenirs

Dernières News sur Nos Souvenirs

When We Rise : Gus Van Sant va réaliser une minisérie sur le mouvement gay

La chaîne ABC a commandé une nouvelle minisérie LGBT au réalisateur d'Harvey Milk.

Photos de Nos Souvenirs

DR
DR
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment
SND / Zucker-Netter Productions / Waypoint Entertainment

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

La Forêt des Songes

Casting de Nos Souvenirs

Ken Watanabe
Takumi Nakamura
Naomi Watts
Joan Brennan
Katie Aselton
Gabriella Laforte

Critiques de Nos Souvenirs

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Dès les premiers plans, le film pose un problème avec ce titre anglais -Sea of Trees- qui apparaît sur une mer d’arbres : cette redondance sera le premier caillou que sème le script balourd de Chris Sparling, plus connu pour avoir écrit le malin Buried avec Ryan Reynolds, série B high concept qui enterrait un acteur dans un cercueil. Autre lieu, autre star dans La Forêt des songes. Au tour de Matthew McConaughey de s’enterrer prématurément. Même avant son Oscar pour Dallas Buyers Club, McC était toujours menacé par le rôle casse-gueule où il devrait se lancer sans filet, sans l’ironie et la distance qui protègent ses meilleures perfs. Autant le dire cash, Matthew est le boulet de Sea of Trees, déployant avec la subtilité d’une moissonneuse-batteuse son registre de grognon-sensible, pas aidé par son personnage de scientifique tenté par le seppuku et forcément incapable de répondre à la Question qui gratte (Dieu existe-t-il ?). En flash-back, ses scènes de ménage avec Naomi Watts en femme cancéreuse ET chiante ET alcoolique (la surécriture, ce fléau) sonnent particulièrement faux et ça fait mal vu le niveau d’amour qu’on porte à ces deux-là en général.

    Le message du film -car il s’agit d’un film à message : la vie est trop précieuse/fragile pour perdre son temps à s’engueuler, et nos disparus nous aident à supporter les moments les plus sombres de l’existence. Le niveau du fond est donc extrêmement bas, mais on fait parfois des chefs-d’oeuvres avec des sujets autrement plus faibles ou absurdes. Mais La Forêt des songes est bel et bien un affreux mélo pur sucre où Gus Van Sant se laisse aller à ses pires travers. Incapable de tisser son sujet avec élégance, ethnocentré (le fantômatique Takumi n’est qu’un faire-valoir du touriste suicidaire yankee), plombé par une symbolique des plus subtiles (Hansel et Gretel, m’voyez ?), La Forêt sombre. Et sa musique assourdissante dérange et le silence de la forêt (réputée au Japon pour sa quiétude élégiaque) et la force du sujet (le deuil et comment l’affronter). Pis que tout, La Forêt des songes est interminable, avec pas moins de quatre conclusions différentes qui achèvent de rendre le trip bien bad.