Toutes les critiques de L'Air de rien

Les critiques de Première

  1. Première
    par Stéphanie Lamôme

    Remis au goût du jour par Xavier Giannoli, qui avait utilisé le titre de l’une de ses chansons pour son film Quand j’étais chanteur, puis révélé comme acteur avec lequel il faut désormais compter dans Les Bien-Aimés, de Christophe Honoré, Michel Delpech est aujourd’hui le sujet d’une fiction où il joue son propre rôle. Mais cette tournée improbable au trou du cul du monde, jamais filmée avec condescendance, n’est qu’un trompe-l’oeil. Sans jamais la nommer, L’Air de rien, premier film à la pudeur inouïe, crie en coulisses la souffrance d’un fils à la recherche d’un père qui ne sera évoqué qu’une seule fois pendant le film. L’art de la litote peut parfois être renversant.

Les critiques de la Presse

  1. Les Cahiers du cinéma
    par Frédéric Mercier

    Ça n'a l'air de rien et, au final, ce premier film se révèle entêtant comme une petite chanson.

  2. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Il donne la banane et la pêche. Dès que Michel Delpech apparaît dans L'Air de rien, le sourire est immédiat. Dans la peau d'un chanteur fauché, il arpente les routes de France flanqué d'un huissier au cœur tendre (Grégory Montel), qui s'improvise manager. (...) on a craqué pour cette comédie tendre.

  3. Le JDD
    par Danielle Attali

    Voilà une comédie douce-amère, remplie de charme et de tendresse, qui s’amuse du statut d’idole d’un Michel Delpech impeccable. Il y a en plus, dans ce premier film réussi, un rythme, un ton différent, poétique, qui nous entraîne délicieusement ailleurs… l’air de rien.

  4. Télé loisirs
    par Gwénola Trouillard

    Entre tendresse et nostalgie, ce road-movie poétique dégage un charme incroyable.

  5. Libération
    par Gilles Renault

    Tubes . Grégory Magne et Stéphane Viard installent l’ex-star à pattes d’eph des années 70 en misanthrope ruiné qui repart en tournée. Sensible et gentiment barré.

  6. Nouvel Obs
    par Marie-Elisabeth Rouchy

    Film sur la filiation (en marchant dans les pas de son père, Grégorien cherche à s’en rapprocher), et sur la solidarité (le jeune homme veut à la fois sauver son célèbre client et les autres débiteurs de son étude), formidable hommage aux chansons de Delpech et (très) jolie variation sur le métier de star du show-business, « l’Air de rien » est exactement ce que son titre indique : un bien joli ovni qui se joue des rythmes en vogue pour trouver sa propre respiration.

  7. Le JDD
    par Danielle Attali

    Voilà une comédie, remplie de charme et de tendresse, qui s'amuse du statut d'idole d'un Michel Delpech impeccable.

  8. Pariscope
    par Arno Gaillard

    C’est une très touchante histoire que nous racontent Stéphane Viard et Grégory Magne, une histoire qui nous dit que le temps passe, qu’avec lui tout ne s’en va pas tout le temps. On est touché par ce duo qui se serre les coudes. L’admirateur d’hier, au risque d’y perdre son travail car trop compréhensif, s’arrange pour que le vieux chanteur s’acquitte de ses dettes dans un certain confort, n’en disons pas plus…Michel Delpech est impeccable dans son propre rôle,mais cette fois-ci, bourru, sauvage et taiseux. Ma pauvre Cécile, Michel Delpech heureusement n’a pas encore 73 ans, mais énormément de talent devant une caméra et c’est une belle surprise.

  9. Le Figaro
    par Emmanuele Frois

    "L'air de rien" c'est l'anti-Stars 80. Ici pas de paillette, mais de l'émotion pure avec cette plongée dans le coeur de deux hommes.

  10. A nous Paris
    par Fabien Menguy

    (...) le film nous offre une jolie mise en abyme de sa chanson “Quand j’étais chanteur”, une sorte de “Dans la peau de Michel Delpech” nostalgique et touchant, à l’humour décalé. Un joli “Air de rien”, à aller voir… mine de rien.

  11. Télérama
    par Guillemette Odicino

    Délicieuse comédie pudique avec un Michel Delpech distancié et où le come-back n'a pas besoin d'être éclatant pour émouvoir, en douce.

  12. Le Canard Enchainé
    par La rédaction du canard enchaîné

    Ce conte de noël signé Grégory Magne et Stéphane Viard est épatant, fraternel, émouvant. Et juste, l'air de rien.

  13. A voir à lire
    par Virgile Dumez

    Grâce à la complicité entre les deux comédiens, un excellent Grégory Montel et un Delpech très juste dans la modestie, le spectateur passe donc un très agréable moment, aussi léger qu’une bulle. On est moins séduit par la réalisation qui hésite entre esthétique documentaire et mise en scène télévisuelle, même si cela se comprend par rapport au sujet. Enfin, il manque une conclusion vraiment marquante pour faire de L’air de rien autre chose qu’une sympathique comédie. Mais après tout, ce n’est déjà pas si mal.

  14. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    Cet étrange parti-pris exige du spectateur qu'il s'intéresse davantage à la fiction trop sage d'un huissier de justice mal dans sa peau qu'à la mise à l'épreuve cinématographique d'une ex-star des sixties confrontée à la cruauté du temps qui passe. Il n'est pas certain que ce pari-là soit gagnant, tout particulièrement pour ceux des spectateurs qui ont laissé quelque chose de leur jeunesse dans les chansons insouciantes de Michel Delpech.

  15. StudioCiné Live
    par Thomas Baurez

    Aussi sensible que fragile, une comédie subtile.

  16. Télé 7 jours
    par Julien Barcilon

    Entre réalité et fiction, Michel Delpech a visiblement pris un malin plaisir à jouer avec son image. Il trouve en Grégory Montel un fabuleux partenaire. Plein d’humanité, leur duo a toutes les qualités d’un joli tube.

  17. Positif
    par Vincent Thabourey

    Pas d'esbroufe, un réel doucement distordu, quitte à laisser la quête s'enliser, mais une vraie histoire d'emballement, d'égarement et de liberté.

  18. See
    par Mathias Leboeuf

    Un huissier pousse Michel Delpech à remonter sur scène. Et pour un film avec lui on ferait (presque) n'importe quoi ...

  19. Critikat.com
    par Carine Bernasconi

    Petite comédie française avec quelques moments plaisants, L’Air de rien peine à trouver sa voie s’égarant entre le récit d’une amitié naissante, le docu-menteur sur un chanteur populaire (...).

  20. Toutlecine.com
    par Elsa Puangsudrac

    Pour leur premier long métrage, Grégory Magne et Stéphane Viard réunissent à l'écran un duo d'acteurs totalement inattendu: Michel Delpech, le faiseur de tubes du siècle dernier, et Grégory Montel, un acteur encore inconnu au bataillon. Ne prenez pas peur et laissez vous tenter par L'air de rien, un film pas prétentieux pour un sou mais qui cache bien son jeu.