Titre original Der Knochenmann
Date de sortie 2 septembre 2009
Durée 124 mn
Réalisé par Wolfgang Murnberger
Avec Josef Hader , Josef Bierbichler , Simon Schwarz
Distributeur MK2
Année de production 2009
Pays de production Autriche
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Vienne, de nos jours. Berti, concessionnaire sans états d'âme, emploie Brenner pour retrouver les imprudents propriétaires de voitures impayées. Cette fois, il s'agit de retrouver un certain Horvath et une New Beetle jaune. L’enquête mène Brenner à la campagne, au restaurant de Löschenkohl, réputé pour son poulet frit à la Viennoise. Brenner ne se contente pas de rechercher Horvath, il est également chargé par le fils du patron d'enquêter sur le maitre des lieux. Mais le Löschenkohl est truffé de pièges, et pas seulement pour les volatiles…

Offres VOD de Bienvenue à Cadavres-les-bains

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
VIVA SD VIVA 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Bienvenue à Cadavres-les-bains

Dernières News sur Bienvenue à Cadavres-les-bains

Photos de Bienvenue à Cadavres-les-bains

DR

Bienvenue à Cadavres-les-Bains

Casting de Bienvenue à Cadavres-les-bains

Josef Hader
Simon Brenner

Critiques de Bienvenue à Cadavres-les-bains

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Josef Hader, acteur et scénariste, s’est donné le rôle du détective sceptique et désabusé qui fume des joints pour supporter
    la médiocrité déprimante de ses semblables. En témoin passif, il ne fait que compter les points, au fil de rebondissements qu’il serait plus judicieux de qualifier d’amortissements tant ils sont espacés et discrets. Un des personnages crapuleux sort pourtant du lot, et la sympathie qu’il génère pouvait laisser espérer un dénouement moralement ambigu. Mais, jusqu’au bout,
    le film assume sa noirceur, sanctionnant qui de droit avec un peu trop de facilité. Le recours aux hasards et coïncidences pour boucler une affaire complexe déçoit un peu. On retient un humour à froid qui cache une réelle profondeur et quelques réflexions bien senties sur une partie peu connue de l’Europe, notamment une scène assez révélatrice de la perception des Russes par les populations locales.