Le Dernier Duel
20th Century Studios / ABACA

Retour sur le parcours de la scénariste-réalisatrice qui a écrit la dernière partie du film de Ridley Scott, actuellement au cinéma. Celle qui donne la parole au personnage de Marguerite, victime d’un viol.

C’est à elle que Ridley Scott et le duo Matt Damon-Ben Affleck ont souhaité faire appel pour une composante essentielle du récit façon Rashomon du Dernier duel. Celle donnant la parole à Marguerite (Jodie Comer), la femme de Jean de Carrouges (Matt Damon), qui accuse Jacques Le Gris (Adam Driver), le meilleur ami de ce dernier de l’avoir violée. Celle qui lui permet de livrer sa vision des faits et de se ré-approprier cette agression pour ne pas être simplement assignée au statut de victime. Et ce choix ne doit rien au hasard tant, depuis ses premiers pas derrière la caméra au milieu des années 90, Nicole Holofcener n’a eu de cesse d’imaginer et mettre en avant des personnages féminins forts et complexes dans ses scénarios et ses films.

Fille d’une chef décoratrice (Carol Joffe qui a notamment travaillé sur Le Choix de Sophie et été nommée par deux fois aux Oscars pour Hannah et ses sœurs et Radio Days) et d’un artiste tout à la fois poète, acteur et auteur, Nicole Holofcener a baigné depuis sa tendre enfance dans un univers artistique auquel il faut adjoindre son beau- père (ses parents ont divorcé alors qu’elle avait tout juste un an), Charles H. Joffe, le producteur historique de Woody Allen, récompensé de l’Oscar du meilleur film en 1977 avec Annie Hall. Car c’est Joffe qui lui permet de faire ses premiers pas sur des plateaux de cinéma, d’abord comme figurante sur Prends l’oseille et tire- toi en 1969 alors qu’elle n’a que 8 ans puis comme assistante de production sur Comédie érotique d’une nuit d’été avant qu’elle ne participe au montage d’Hannah et ses sœurs.

Le Dernier duel est un nouveau sommet pour Ridley Scott [critique]

En parallèle, Nicole Holofcener étudie le cinéma à la Tisch School of the Arts de New- York où elle signe ses premiers courts métrages. Qui aime bien châtie bien dit le fameux proverbe et Joffe va le lui prouver, lui suggérant de se trouver au plus vite un plan B après avoir visionné ces films. Un temps sonnée, Nicole Holofcener décide d’aller travailler comme employée d’un vidéo-club avant de reprendre le chemin des études à l’Université de Columbia avec, parmi ses professeurs, un certain Martin Scorsese. Et là, tout change. Son travail gagne en puissance et son court métrage, Angry, où elle joue une jeune fille célibataire fatiguée des critiques de mère, reçoit un accueil enthousiaste à Sundance en 1991. 

Il faudra attendre cinq ans pour la voir signer son premier long avec Walking and talking, les déboires sentimentaux de deux amies d’enfance - une psy adepte du mariage et une célibataire malgré elle – incarnées par Anne Heche et Catherine Keener. La critique salue sa qualité d’écriture des rôles féminins et Nicole Holofcener n’aura alors de cesse de célébrer ces héroïnes- là, que ce soit sur le petit écran (comme scénariste pour Sex and the city ou Gilmore girls, en plus de l’écriture de deux épisodes pour Six feet under) et le grand avec notamment Friends with money où une Jennifer Aniston à contre-emploi de la Monica de Friends côtoie la fidèle Catherine Keener, Frances McDormand et Joan Cusack.

Le Dernier duel : l’histoire vraie qui a donné naissance au film évènement de Ridley Scott

Mais c’est en 2013 avec son cinquième long métrage, All about Albert, que Nicole Holofecner va connaître son plus gros succès populaire. Un petit bijou de comédie romantique autour d’une histoire d’amour entre deux personnages échaudés par leurs précédentes relations, deux divorcés surpris de voir une flamme passionnelle se raviver soudain en eux. Et le tout dernier grand rôle au cinéma de James Gandolfini, victime d’une crise cardiaque fatale à seulement 51 ans, trois mois avant la sortie du film. 

Depuis, Nicole Holofcener n’a réalisé qu’un seul long métrage, The Land of steady habits, resté inédit dans les salles françaises, dont le héros sexagénaire tentait de se réconcilier avec ceux qu’il avait blessés tout au long de son existence. Elle a privilégié le petit écran (comme réalisatrice pour Parks and recreation, Orange is the new black…) ou son travail de scénariste avec l’épatant Les Faussaires de Manhattan de Marielle Heller, l’adaptation de l’autobiographie où l’auteure Lee Israel confessait ses actes de falsification littéraire : elle gagnait sa vie en rédigeant de fausses correspondances entre personnalités célèbres. Avec à la clé pour Nicole Holofcener, sa toute première nomination aux Oscars dans une catégorie remportée cette année-là par le BlacKkKlansmann de Spike Lee. Et si son travail sur Le Dernier duel était l’occasion d’une revanche ?

Découvrez Le Dernier Duel avec Adam Driver, Jodie Comer, Matt Damon et Ben Affleck actuellement au cinéma. Bande-annonce : 

 


A lire aussi sur Première

Ridley Scott analyse l'échec du Dernier duel et blâme les Millenials

C'est l'un des plus beaux films qu'il a réalisé ces dernières années et pourtant, c'est certainement l'un de ses plus gros bides... Le cinéaste britannique tente de comprendre...