Toutes les critiques de La Fine Fleur

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Créatrice de roses hors pair, Rose voit sa petite entreprise péricliter et semble n’avoir d’autre issue qu’un rachat par un concurrent aussi puissant qu’arrogant. A mois que l’idée de sa secrétaire de faire appel à trois employés en insertion mais sans expérience ne sauve la mise… La Fine fleur ne tenant guère du suspense hitchcockien, l’issue de ce combat entre le pot de terre et le pot de fer ne fait d’emblée guère de doute. Et le film déroule son programme à un train de sénateur, jamais désagréable mais sans aspérité, avec Catherine Frot en pilote automatique et Vincent Dedienne moins à l’aise en méchant que dans L’Etreinte. Mais un trio vient sauver la mise : le rappeur Omerta, Marie Petiot et Fatsah Bouyahmed qui, dans les rôles des trois bras cassés - rappelant les héros de La Part des anges de Loach - apportent un charme espiègle à un récit trop dans ses charentaises pour séduire.