Titre original Haganenet
Date de sortie 10 septembre 2014
Durée 119 mn
Réalisé par Nadav Lapid
Avec Sarit Larry , Avi Shnaidman , Lior Raz
Scénariste(s) Nadav Lapid
Distributeur HAUT ET COURT
Année de production 2014
Pays de production ISRAËL, France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Une institutrice décèle chez un enfant de 5 ans un don prodigieux pour la poésie. Subjuguée par ce petit garçon, elle décide de prendre soin de son talent, envers et contre tous.

Offres VOD de L'Institutrice

UniversCiné SD HD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de L'Institutrice

Critiques de L'Institutrice

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Un petit garçon de 5 ans compose des poèmes et les déclame avec une maturité et un spleen exceptionnels. Ayant décelé ce don prodigieux, une enseignante prend soin de l’enfant comme d’un oiseau rare. Envers et contre tous. En s’inspirant de son passé de poète précoce, Nadav Lapid a imaginé la relation entre un enfant surdoué et son institutrice qui, dans le ciel gris de sa fonction publique, a une révélation. On peut comprendre les réfractaires aux gros mélos dans lesquels un gamin écrit des vers et s’exprime comme un adulte déjà pontifiant. Très loin de tout ça, le deuxième long métrage du cinéaste (après "Le Policier", en 2012) parle de beauté cachée, de correspondance secrète, de réinterprétation du monde et, à travers son héroïne, d’une douce résistance à une société israélienne marginalisant les sensibles, les rêveurs, bref, ceux qui ne répondent pas aux normes. Dans le sillage de Kieslowski et d’Antonioni, Lapid retranscrit toutes les émotions, même infinitésimales, d’une femme ultrasensible, dévastée par la médiocrité des hommes, agressée par des corps étrangers surgissant dans son champ de vision, oppressée par les bruits qui l’entourent. Considérant l’enfant comme un trésor menacé, elle apprend à ses dépens que la laideur peut aussi inspirer les poètes, que la confrontation brutale au réel autorise sa sublimation. On manque de place pour dire ce qui bouleverse tant dans ce film : les regards, le destin d’un personnage raconté le temps d’une scène, l’intelligence d’un cinéma consistant à suggérer ce qui se passe de mots. "L’Institutrice" éblouit de bout en bout, y compris lorsqu’il déraille. À l’image de ce dernier quart d’heure à la poésie accidentelle et au suspense terrible, traduisant une liberté retrouvée et un formidable don de soi. Une transmission sublime pour affronter l’horreur du monde.

Casting de L'Institutrice

Avi Shnaidman
Yoav Pollak
Lior Raz
le mari de Nira
Gilad Ben David
le professeur de poésie